MUSEE BOURDELLE

MUSEE BOURDELLE
Né à Montauban dans le Tarn-et-Garonne le 30 octobre 1861, Antoine Bourdelle est le petit-fils d’un chevrier et le fils d’un menuisier ébéniste. A 13 ans, il quitte l’école pour devenir apprenti auprès de son père et apprend à tailler le bois. Le soir, il suit des cours de dessin et de modelage et se fait remarquer des amateurs montalbanais. En 1876, il obtient une bourse pour étudier à l’Ecole des Beaux-Arts de Toulouse, il a 15 ans. En 1884, il vient à Paris et est reçu au concours d’admission pour rentrer à l’Ecole des Beaux-Arts, dans l’atelier du sculpteur Alexandre Falguière. Il reçoit aussi les conseils de Jules Dalou. En 1885, il loue un atelier à Montparnasse où il vit et travaille jusqu’à sa mort et qui devient par la suite le musée portant son nom.
Situé au numéro 18 de la rue Antoine-Bourdelle dans le 15ème arrondissement de Paris, le musée Bourdelle est installé dans les appartements, ateliers et jardins où l’artiste vécut et travailla dès 1885. A l’époque, cette même adresse était le numéro 16, impasse du Maine. Lorsqu’il prend ses quartiers au milieu des jardins et des vignes, les ateliers d’artistes sont assez rares. Le sculpteur Aimé -Jules Dalou, le peintre Eugène Carrière comptent parmi les plus proches voisins de Bourdelle. Il prend racine pendant près de quarante-cinq années dans cette terre des arts des quartiers de Montparnasse et il demeure fidèle aux ateliers qui sont à la fois laboratoire et sanctuaire.
Comme Rodin, Bourdelle est résolu à léguer son œuvre pour l’établissement d’un musée portant son nom. Bourdelle dessine plusieurs projets de bâtiments au cours de l’année 1928. Totalement habité par son projet, il va jusqu’à imaginer une muséographie où chacune des sculptures trouvent sa juste place. Pour autant, le musée imaginé ne sera pas réalisé de son vivant.
C’est au début des années 1920 que l’évidence s’impose : la création d’un musée pour sauvegarder l’œuvre d’une vie.  Comme Rodin, Bourdelle est résolu à léguer son œuvre pour l’établissement d’un musée portant son nom. Bourdelle dessine plusieurs projets de bâtiments au cours de l’année 1928. Totalement habité par son projet, il va jusqu’à imaginer une muséographie où chacune des sculptures trouvent sa juste place. Pour autant, le musée imaginé ne sera pas réalisé de son vivant. Il meurt le 1er octobre 1929 d’une maladie de cœur.
On peut aujourd'hui découvrir plus de cinq cents plâtres, marbres, bronzes, salle de documentation, expositions temporaires, expositions permanentes, jardin de sculptures... Rentrez dans l'univers de celui qui fut le collaborateur de Rodin, le maître de Giacometti, de Germaine Richier et de Vieira da Silva. Le sculpteur est aussi l’auteur du décor du Théâtre des Champs-Elysées. L'extension contemporaine du musée par Christian de Portzamparc donne toute sa dimension à l'œuvre d'Antoine Bourdelle. Depuis juin 2012, les visiteurs profitent d’un nouveau parcours au sein des collections permanentes du musée pour mettre en lumière l’évolution artistique de Bourdelle.