MUSEE DE LA CERAMIQUE

MUSEE DE LA CERAMIQUE

Le musée de la Céramique de Rouen est un musée créé en 1864 possédant le label musée de France. Il est situé dans le superbe hôtel d'Hocqueville dit hôtel de Bellegarde. Datant du XVIIe siècle, il est bâti sur les ruines du château de Rouen, qui est lui-même bâti sur les ruines de l'amphithéâtre gallo-romain de Rotomagus. Le musée est centré sur les beautés de la production rouennaise : carreaux de Masséot Abaquesne (XVIe siècle), camaïeu bleu de Poterat, décors polychromes et pétillantes chinoiseries de l'époque rocaille, grands services d'apparat et spectaculaires sculptures de faïence.
La collection s'ouvre aussi sur le XIXe siècle et le musée présente aussi les plus importants centres faïenciers comme Delft ou Nevers. Des expositions d'art contemporain lié à la céramique y sont régulièrement organisées.

L’Hôtel d’Hocqueville est dréssé entre une cour pavée et un jardin étagé en terrasse, aux abords du musée des Beaux-Arts. Il abrite la plus importante collection publique française de faïences de Rouen. Bien qu’édifié au milieu du XVIIe siècle, il est considérablement remanié au siècle suivant. Aujourd’hui le bâtiment est encore doté de décors intérieurs de style néoclassique. Dans un cadre intime et privilégié, on y découvre l’histoire de la céramique européenne. Avec plus de cinq mille pièces, le Musée de la Céramique référence un panorama complet de la faïence rouennaise, du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle et en expose les plus beaux fleurons.

Si la faïence de Rouen représente plus des deux tiers des collections, le musée conserve aussi de remarquables ensembles d’autres centres faïenciers tels que Delft, Nevers et Lille qui permettent de replacer cette histoire locale dans le contexte plus général de la céramique européenne, des majoliques italiennes du XVe siècle aux créations de la manufacture de Sèvres des années 1930. Le parcours débute au rez-de-chaussée avec une présentation des premières faïences européennes. Au premier et au deuxième étages du musée, les salles consacrées au XVIIIe siècle, cœur des collections, dévoilent les chefs-d’œuvre de la faïence de Rouen : camaïeux bleus, décors rayonnants rouges et bleus, ocres niellés, sculptures et peintures de faïence polychrome, chinoiseries et décor à la corne. Un cabinet d’étude regroupe les réalisations des centres faïenciers des Pays-Bas, de Nevers, de Lille et de Moustiers. Deux salles sont consacrées à la porcelaine et à la faïence fine. Enfin, le parcours se prolonge au-delà du XVIIIe siècle par une présentation des productions de la Manufacture de Sèvres aux XIXe et XXe siècles.

Après trois ans de travaux, le musée de la Céramique dévoile en avril 2012 son nouveau parcours des collections permanentes. L’hôtel d’Hocqueville, doté de superbes décors néoclassiques, a retrouvé son lustre et une atmosphère chaleureuse qui plonge le visiteur dans un cadre intime. Il découvre, sur trois niveaux d’exposition, une histoire de la céramique européenne, du XVe siècle aux années 1930. Les salles sont repeintes avec des couleurs aux tonalités claires et sont équipées de nouvelles vitrines dessinées par le muséographe Didier Blin. Des pièces de mobilier ainsi que des tableaux du XVIIIe siècle ponctuent les salons et leur donne une nouvelle vie.